Le gouvernement des États-Unis a annoncé le jeudi 9 Juillet le plus grand piratage informatique connus dans le pays. En effet, 21,5 millions numéro de sécurité sociale de fonctionnaires américains ont été piratée.

Le plus grand piratage informatique de l’histoire des États-Unis.

L’office Of Personnel Management, qui traite les demandes d’emploi de la fonction publique a été la cible des hackers. C’est au total 21,5 millions de personnes qui sont touchées par ce piratage. Elle déclare aussi qu’elle ne dispose aucunes informations supplémentaires permettant d’affirmer que ces informations ont été utilisées à des fins frauduleuses. Selon The Washington Post : « Cette brèche figure parmi les cyber attaques les plus préjudiciables de l’histoire du gouvernement, en raison de l’abondance de détails dans les fichiers volés. ».

Toujours selon le quotidien, les hackers ont eu accès aux dossiers personnels d’anciens et actuels employés fédéraux., mais cette attaque a aussi affectées les épouses et autres personne habitant au coté de ces employés

Cyber-pirate

Le FBI entre en jeu :

C’est  le FBI qui va prendre en main cette affaire de piratage informatique gigantesque. En effet, le directeur du FBI s’inquiète du nombre d’informations récoltées qui incluent, détails sur les voisins, amis, voyages, nom et adresse, et plus encore.

Le directeur conclut pour le New York Times : « C’est un trésor d’informations. Imaginez une seconde que vous êtes un service de renseignements et vous avez ces données en votre possession. »

Dès lors on peut imaginer qu’il s’agit d’un piratage informatique qui aurait pu être organisé par un gouvernement voisin. Il faut le rappeler mais les États-Unis sont la proie des hackers du monde entier.

Plusieurs médias américains avaient alors montré la Chine du doigt mais, pour faire preuve de transparence, le gouvernement américain a catégoriquement refusé jusqu’ici, de s’exprimer sur ce sujet. La Chine, de son coté, avait alors dénoncé des allégations “irresponsables et sans fondement”.

Write A Comment